Nous ne sommes pas en sucre !

Beaucoup de gens pensent que les femmes sont fragiles. « Est-ce-que la maman ourse est fragile lorsqu’elle protège ses petits ? Est-ce-que la menthe religieuse est clémente en amour ? Un anaconda femelle n’est pas plus grand et fort qu’un mâle ? ». La Femme n’est pas fragile. Une mère se mettra en danger pour ses enfants, la naïveté n’est pas une caractéristique féminine et la force d’une femme réside dans son esprit. Les femmes ne sont pas faibles, elles sont les mères, les sœurs et les filles du monde. Elles portent en elles le pouvoir de la vie et la force de faire naître les civilisations. Elles sont femmes !

Le respect fait défaut aux hommes dit supérieurs. On accuse les femmes d’être le sexe faible, elles sont aussi le « beau sexe ». On se contredit, on parle d’égalité qui existe sur le papier mais n’est que rarement appliquée (la femme n’est-elle pas citoyenne ?), de droits équivalents difficilement obtenus (1944 avec le droit de vote, 1967 avPicture4ec la loi autorisant la contraception, 1976 avec la loi Veil pour l’avortement), et du respect de valeurs auxquelles trop peu de personnes adhèrent. On s’étonne des mouvements féministes, on s’excuse de penser des préjugés qu’on sait faux mais auxquels on croit et on s’accroche, on s’alarme devant des faits divers tels que les femmes battues ou les cambrioleuses de renom. Et pourtant, rien ne bouge.

Les femmes veulent se faire entendre, elles hurlent sans bruit… Elles veulent avoir le droit de pleurer et de rire, de crier comme de garder le silence, de penser autant que de rêver, de vivre !

 

Dans toutes les religions, qu’elles soient monothéistes ou polythéistes, les femmes sont reléguées au rang de simples procréatrices qui ne doivent leur vies qu’au bon vouloir de leurs maris et leur capacité à se soumettre à ceux-ci dans la plus humble tenue, pas de vulgarité attention, et si possible sans ouvrir la bouche pour quelque parole que ce soit. Il y a là une inégalité incontournable et diront certains nécessaire puisqu’IL l’a voulu ainsi… Malheureusement le proverbe « Qui aime bien châtie bien » (interprétation du passage de la Bible où Dieu promet aux femmes la souffrance lors de l’accouchement, ou encore du passage du Coran où il est dit aux hommes que si leur femme montrent des signes de désobéissance il est bon de la battre afin de la remettre dans le droit chemin de la soumission envers son mari) est un parfait exemple de l’absurdité de la religion en ce qui concerne les femmes.

Après tout, bien que les Écritures disent le contraire, les femmes peuvent occuper des postes à responsabilité (droit au travail), décider de leur avenir (choix de se marier et d’avoir des enfants), et surtout palier à ce qu’on peut appeler de la discrimination envers les femmes.

Les femmes ne sont pas des objets, dommage pour les hommes machistes… Elles ont droit à leur indépendance de femmes libres dans leurs dires et leurs actes. On les dit fragiles, pleurnicheuses, chiantes, capricieuses, têtues, prétentieuses, naïves, jalouses, possessives, etc. Pourtant, tous ces stéréotypes ne sont pas applicables à toutes les femmes, après tout chacune d’elles à une identité propre et ne peut être définie par de simples caractères attribués à tout un chacun. De même, les femmes ne sont pas la propriété de leurs maris et ne servent pas qu’à faire des enfants ! Pourquoi privilégier la naissance de petits garçons plutôt que de petites filles ? Dans certains pays orientaux, les familles (et surtout les pères) préfèrent la venue au monde d’un héritier à celle d’une fille et choisissent l’avortement, l’abandon ou d’autres pratiques peu avouables. Certes, les garçons une fois adultes transmettent leurs noms, mais n’est-ce pas les filles qui donnent  naissance à ces enfants qui porteront le nom de leur père ?

 

En somme, la femme est l’égale de l’homme. A eux deux ils ne forment qu’un. Quel homme serait capable de vivre sans une présence féminine à ses côtés ?

 

Alexia Rousseaux

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *