Toute cette marmaille les rend fou

« Ah… Faites des gosses, qu’ils disaient ! Faites des gosses ! »  C’est une expression que j’ai tellement entendue que j’en suis venue à me demander si réellement nos parents étaient épuisés de nous, ou nostalgique de l’époque où leurs propres parents le leur disaient…

Les bambins, les marmots, les mômes et autres piles électriques ambulantes ne peuvent pas réellement être classés dans une catégorie ou une autre. On prend souvent l’habitude de dire que tel enfant est insupportable, celui-là est calme et celui-ci ceci, etc.

J’ai envie de dire que les enfants sont meilleurs que nous. Je ne parle pas d’intelligence ni même d’éloquence mais plutôt de cette facilité qu’ils ont de vivre sans barrières ni tabous, dans l’innocence de leurs paroles et de leurs actes…

Malheureusement, ces « spécimens » d’adultes miniatures ont besoin d’une attention propre à chacun : trop dorlotés, certains deviendraient capricieux et/ou égoïstes ; trop isolés, ils pourraient développer un sentiment de rejet ou de non-estime de soi. Sans ces cadres adaptés, leur univers candide bien vite se fane, et de ce fait, ces doux chérubins ont tendance à rapidement plonger dans un monde qui n’est plus le leur, mais dédié à leurs parents…

C’est alors le moment où la petite enfance naïve laisse place à une période davantage bouleversée par les questions qui s’accumulent dans la tête de nos petites terreurs. Mais bon, inutile de dramatiser, cela n’arrive pas non plus à longueur de temps. De plus, j’ai comme cette impression que si les petits apprennent énormément de leurs parents durant leur enfance, ces derniers découvrent également de nombreuses choses sur la simplicité de la vie qu’ils n’auraient jamais soupçonnées… « La vérité sort toujours de la bouche des enfants ! ».

J’ai donc un dernier message pour tous ces parents excédés : « Fête des gosses ! »

Alexia Rousseaux

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *